Navigation – Plan du site

De la narratologie cognitive à l’expérimentation en information et communication : comment cerner les effets cognitifs du journalisme narratif ?

Marie Vanoost

Résumés

A partir de l’exemple du journalisme narratif, cet article appelle à prolonger un dialogue étroit entre narratologie cognitive et recherche en information et communication. La narratologie post-classique a en effet permis de proposer une modélisation du type particulier de journalisme que constitue le journalisme narratif. En retour, une étude empirique visant à cerner de manière expérimentale les effets du journalisme narratif sur la compréhension du lecteur pourrait à son tour venir nourrir les réflexions narratologiques, et particulièrement celles d’une narratologie cognitive en plein développement.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Etats-Unis, Europe francophone

Chronologique :

XXIe siècle
Haut de page

Texte intégral

1En tant qu’acte cognitif, le récit peut être envisagé selon deux grandes perspectives : soit en tant qu’objet à comprendre en lui-même, au travers de différents processus cognitifs – « a target of interpretation », dirait David Herman (2013 : 1) –, soit en tant qu’outil de compréhension, qui engendre des effets sur la connaissance au sens large– « a resource for sense making », toujours selon les termes de Herman (2013 : 1). Lorsque, suivant l’appel de Gérard Genette (1991 : 66) à étendre le champ de la narratologie aux récits factuels, l’on s’intéresse au récit journalistique, cette deuxième perspective semble particulièrement importante – le journalisme ayant précisément pour but de communiquer de l’information au public, pour lui permettre de donner sens au monde qui l’entoure et de pouvoir ainsi mieux s’y situer et y évoluer. La narratologie a déjà largement nourri la réflexion dans le champ de l’information et de la communication – notamment au travers de la notion de récit médiatique, qui a ouvert la voie au développement de ce que l’on a même appelé la narratologie médiatique (voir par exemple Arquembourg et Lambert, 2005 ; Lits, 1997, 2008 et 2012). Les méthodologies empiriques d’étude de la réception utilisées en information et communication pourraient en retour venir enrichir une narratologie cognitive en plein développement.

2Dans le cadre du « tournant cognitif » que connaît depuis quelques années la narratologie, cet article appelle à prolonger le dialogue avec le champ de l’information et de la communication et, particulièrement, avec les études expérimentales développées dans ce champ – en attendant un éventuel « tournant empirique » au sein de la narratologie. Pour étayer ce positionnement, l’article s’appuie sur l’exemple particulier du journalisme narratif – que les travaux de narratologie postclassique de Raphaël Baroni (2007, 2009) ont permis de modéliser (Vanoost, 2013) et qui, en outre, constitue un terrain d’investigation des effets cognitifs du récit d’autant plus intéressant que les praticiens de ce type de journalisme formulent des assomptions fortes quant à ces effets.

Premier détour narratologique : intrigue et fonctions du récit

3Le journalisme narratif est généralement défini – en première instance, du moins – comme un type particulier de journalisme, dans lequel sont mises en œuvre des techniques d’écriture narratives habituellement considérées comme relevant du répertoire fictionnel pour raconter des histoires vraies. Au départ d’une large compilation de définitions existantes, puis en effectuant un détour par la narratologie, Marie Vanoost (2013) a montré comment ce modèle journalistique particulier peut être considéré comme une tentative de réconcilier les deux fonctions du récit formalisées par Raphaël Baroni (2008, 2009) – la fonction intrigante et la fonction configurante.

  • 1 La notion d’intrigue peut recouvrir des sens très différents. On n’évoquera ici que les conceptions (...)

4Selon le narratologue suisse, ces deux fonctions peuvent parfois se retrouver dans un même récit, en alternance ou en tension, mais elles reposent sur des intentions et des procédés textuels tout à fait distincts. La fonction intrigante du récit renvoie à la conception de l’intrigue1 que défend Baroni (2007), dans la lignée notamment des travaux de Jean-Michel Adam et de Françoise Revaz (1996). L’intrigue y est définie par la présence au sein du récit d’une dynamique entre un nœud, une complication, et son dénouement – ou, au moins, la promesse d’un dénouement –, repoussé à la fin du récit, de manière à faire naître de la tension narrative. La fonction narrative configurante se réfère quant à elle à la conception ricœurienne de l’intrigue et à l’opération de configuration, au cours de laquelle les différents éléments de l’histoire sont « pris ensemble » pour créer une « synthèse de l’hétérogène » (Ricœur, 1983 : 127). Alors que la fonction intrigante joue sur une progression volontairement incertaine et sous-déterminée vers un dénouement, la fonction configurante vise par contre à construire d’emblée une compréhension rétrospective des événements racontés.

  • 2 On ne s’intéresse pas ici aux genres qui relèvent de l’opinion ou de l’analyse, qui peuvent s’organ (...)

5Le journalisme factuel classique2 suit largement le modèle de la pyramide inversée – ou de l’entonnoir renversé, comme il est parfois désigné –, qui consiste à hiérarchiser les informations selon leur degré d’importance, en commençant par les événements essentiels dès la titraille, puis dans les premières lignes, et en conservant les détails pour la fin de l’article – ce qui rend la lecture de cette fin accessoire. Le modèle journalistique narratif, par contre, présente les événements selon un déroulement temporel – ce qui ne signifie pas forcément chronologique –, partant d’un début pour arriver à une fin absolument nécessaire pour comprendre le sens de l’histoire. En outre, parce que l’une des préoccupations majeures des journalistes narratifs est de garder l’attention de leur lecteur jusqu’à la dernière phrase du récit, ceux-ci sont particulièrement attentifs à créer et maintenir dans le texte une forme de tension, allant souvent jusqu’à prôner l’adoption d’une structure s’organisant autour d’une complication et de sa résolution. La fonction intrigante apparaît donc comme centrale dans le journalisme narratif (Vanoost, 2013).

6Cependant, il s’agit toujours de journalisme : la mission première des articles narratifs est d’informer le public et même, selon les experts dont les définitions sont compilées, d’offrir à ce public une compréhension plus large ou plus profonde que celle qui est possible dans le modèle de la pyramide inversée. La fonction configurante du récit est ainsi, elle aussi, essentielle dans le modèle journalistique narratif. Le journalisme narratif peut dès lors être considéré comme une tentative de réconcilier, au sein d’un même récit, les fonctions narratives intrigante et configurante (Vanoost, 2013). Le détour par la narratologie permet ainsi de sortir de l’opposition première entre récit du réel et écriture de fiction – qui reste toujours plus ou moins floue – pour mettre en évidence ce qui fait l’essence même du modèle narratif : l’information y renoue avec une structure temporelle, voire une mise en intrigue à proprement parler, dans le but d’offrir au lecteur une meilleure compréhension du monde qui l’entoure.

7Cette modélisation, basée sur une revue de la littérature existante, a ensuite été amplement confirmée par l’analyse d’un large corpus d’articles narratifs (Vanoost, 2014) – même si certaines nuances sont apparues selon les aires géographiques et culturelles étudiées : les productions américaines mettent ainsi en œuvre une claire mise en intrigue, alors que, dans les productions françaises, la structure temporelle de l’histoire demeure, mais les jeux sur la tension narrative s’avèrent généralement plus limités. Cependant, si l’analyse de textes permet de mettre au jour la structure – plus ou moins – intrigante des articles narratifs, elle ne renseigne pas plus précisément le type de compréhension – donc, d’effets cognitifs – propre au modèle journalistique narratif.

Un type de compréhension particulier ?

8De nombreux praticiens du journalisme narratif ont néanmoins une idée assez claire de ce qu’ils cherchent à faire passer par le type de récit particulier qu’ils développent – comme cela apparaît au travers d’une série d’entretiens menés avec des reporters ou éditeurs pratiquant le journalisme narratif. Cette idée rejoint, tout en la précisant, la notion de compréhension plus profonde ou large évoquée à partir des définitions des experts. Ainsi, certains journalistes narratifs soulignent l’opportunité qu’offre le déroulement d’une histoire d’aborder différents thèmes qui viennent contextualiser cette histoire et apporter un supplément d’information au lecteur – c’est le cas notamment d’Adrien Bosc, directeur de publication des revues Feuilleton et Desports, et auteur de plusieurs articles dans Feuilleton : « Le but premier de ce qu’on appelle le journalisme narratif, c’est quand même de s’attacher à une histoire –, souvent c’est l’histoire qui prime, une histoire qui permet de s’étendre à une situation économique, politique, et donc finalement, au travers d’un récit qui capte l’attention, de passer une information de la première importance. » Selon Tom French, ex-journaliste au Tampa Bay Times, un bon récit devrait également renvoyer à des questions fondamentales, comme la justice, la foi ou la nature humaine.

  • 3 « I just tried to, through getting people to care about the characters and to want to read to the e (...)

9Cependant, au-delà de cette opportunité d’aborder largement différents aspects d’une situation, la plupart des praticiens rencontrés en entretien insistent plus particulièrement sur l’articulation entre l’expérience de lecture particulière que crée le récit et la compréhension de l’information par le lecteur. A propos d’un récit concernant les challenges auxquels se trouve confronté un jeune autiste qui essaie de trouver sa place dans la société, la reporter du New York Times Amy Harmon explique : « J’ai juste essayé d'intéresser les lecteurs aux enjeux qui sont présents dans l’histoire, en les poussant à se soucier des personnages et à vouloir lire la fin de l’histoire pour découvrir ce qui arrive à ce jeune homme. […] Je pense que, quand cela est bien fait, le message devient alors plus puissant, les gens le construisent par eux-mêmes, ils sont touchés par le personnage singulier mis en scène et par la situation, ils s’impliquent sur un plan émotionnel et pas uniquement intellectuel. Vous ne vous contentez pas de simplement les informer, vous faites appel à leurs émotions et je pense que l’on assimile les choses de manière plus viscérale lorsque nos émotions sont convoquées plutôt quand ces choses nous sont juste exposées3. »

10Ce serait donc la forme du récit intrigant, mettant en scène les péripéties vécues par un ou plusieurs personnages, qui permettrait au lecteur de mieux se souvenir de l’article et de mieux comprendre la réalité décrite. Cependant, certains journalistes ne s’arrêtent pas là. Au-delà d’une compréhension plus large – parce que l’histoire particulière est replacée dans un ou plusieurs contextes mieux définis – et plus profonde – grâce à l’engagement émotionnel du lecteur qui le pousse à s’intéresser de manière plus engagée à la problématique –, ils visent une prise de conscience – voire une prise d’action – citoyenne. Jacqui Banaszynski, qui a été journaliste puis éditrice au sein de différents quotidiens américains, déclare ainsi que, sans récit, l’information devient une abstraction que l’on peut facilement écarter, par rapport à laquelle il n’est pas besoin de prendre position et de se demander si la société agit d’une façon qui nous convient. Les effets cognitifs du récit semblent alors difficilement dissociables de ses effets persuasifs – même si les journalistes narratifs soutiennent massivement ne pas vouloir imposer au lecteur une interprétation finale bien définie des événements.

Second détour narratologique : fonctions du récit et cognition

11Il ne s’agit néanmoins là que du discours des journalistes narratifs sur leurs propres pratiques. Ce discours est important, bien sûr, puisqu’il détermine en grande partie la forme que prend le modèle journalistique narratif actuellement et sert, en outre, à le promouvoir. Il est donc au cœur d’enjeux à la fois professionnels, démocratiques – puisque les assomptions qui guident la pratique des journalistes narratifs définissent la manière dont une part de l’information est transmise au public – et économiques – le journalisme narratif étant considéré par nombre de ses experts et praticiens comme l’une des solutions possibles à la crise que vit actuellement le journalisme. Il semble donc important de se demander dans quelle mesure le discours des journalistes narratifs est fondé, comment leurs textes sont effectivement lus, et avec quels effets.

  • 4 R. Baroni retravaille ainsi une distinction introduite par Todorov (1972) et reprise par Sternberg (...)

12La narratologie ayant permis de proposer une modélisation du journalisme narratif, il semble logique d’y retourner pour tenter de répondre à ces nouvelles questions. Baroni ne s’intéresse en effet pas seulement à la poétique des récits, mais aussi à leur lecture et à ce qu’il appelle leur « fonction anthropologique » (Baroni 2007, 2008). Il détaille ainsi d’abord les deux grands processus cognitifs à l’œuvre lors de la lecture de récits intrigants. Ces récits, parce qu’ils présentent une « réticence textuelle » (Baroni, 2007 : 99), un délai entre le nouement de l’intrigue et son dénouement, poussent le lecteur à se demander ce que la suite du texte lui réserve et à formuler des hypothèses pour compléter les blancs du récit. Lorsque ce travail d’inférence porte sur le développement futur de l’histoire, il s’agit de pronostics – et l’intrigue s’appuie sur le mécanisme du suspense : que va-t-il se passer ensuite ? Lorsque les hypothèses formulées par le lecteur visent à lever une incertitude sur la situation narrative présente ou sur des événements passés, il s’agit de diagnostics – l’intrigue jouant sur la curiosité du lecteur, au travers d’une présentation délibérément partielle ou mystérieuse des événements4.

13Selon Baroni, avant de – peut-être – proposer une configuration finale qui éclaire la concordance des différents éléments qui composent l’histoire, l’intrigue confronte donc le lecteur à une forme de discordance qui rappelle le caractère sous-déterminé de notre rapport au monde :

Il me semble que, dans le sillage de la poétique formaliste ou structuraliste, on a surévalué la dimension configurante de l’intrigue. S’il fallait établir une hiérarchie entre concordance et discordance, certainement serait-on plus proche de la vérité en affirmant que l’intrigue littéraire marque l’inclusion de la concordance (l’action intentionnelle, la causalité ou le dénouement) dans la discordance du pathos et non l’inverse. (Baroni, 2012 : 170 ; voir aussi Baroni, 2010)

14La fonction anthropologique des récits intrigants est dès lors de « défigure[r] provisoirement le sens des événements pour rejouer la comédie de la passion, pour l’épurer et pour déplacer le sens ordinaire du monde de manière créative » (Baroni, 2008).

15Baroni ne s’attarde pas sur les processus cognitifs à l’œuvre lors de la lecture des récits configurants, mais ceux-ci transparaissent d’une certaine manière dans sa définition même dans la fonction, qui vise à « construire rétrospectivement une causalité et [à] attribuer un sens aux événements » (Baroni, 2009 : 16). Si toute activité de lecture implique forcément des opérations inférentielles, les récits configurants semblent donc chercher à limiter celles-ci. La fonction anthropologique de ces récits configurants consiste alors à « surmonter la brèche ouverte par l’événement, à relogifier le caractère insensé de l’expérience » (Baroni, 2008).

16Ce que Baroni appelle fonction anthropologique du récit semble cependant relever de considérations plus philosophiques que purement cognitives, et ces propositions restent, en l’absence de validation empirique, un modèle spéculatif – même s’il est nourri des réflexions de nombreux auteurs. Si les travaux du narratologue permettent de modéliser le journalisme narratif, ils ne peuvent donc renseigner sur les effets de ce modèle particulier en termes de cognition. Ils semblent même venir complexifier le problème puisque, alors que les journalistes qui optent pour une structure intrigante pensent pouvoir apporter ainsi au lecteur une compréhension plus large et profonde du monde, Baroni insiste plutôt sur la défiguration – au moins provisoire – du sens que produit l’intrigue.

17Entre les assomptions des praticiens et les réflexions du théoricien, comment choisir une option ? Est-il moyen de trancher ? Si la lecture d’intrigues factuelles – et non plus fictionnelles – implique bien des activités de pronostic et de diagnostic de la part du lecteur, le pousse à proposer lui-même des liens de cause à effet entre les éléments de l’histoire avant que le récit ne vienne les confirmer ou les infirmer, on peut imaginer que ce type de lecture plus « active » puisse stimuler au moins une meilleure mémorisation, voire une meilleure compréhension, de l’histoire. Cependant, si la lecture d’articles narratifs requiert des activités de pronostic et de diagnostic importantes, elle devrait aussi créer des effets de suspense et de curiosité. Or on peut imaginer que ces effets puissent au contraire détourner, de manière plus ou moins forte, le lecteur d’une recherche du sens de l’article. Seul le passage par des études empiriques semble offrir la possibilité de confirmer l’une ou l’autre de ces possibilités – ou même d’en découvrir d’autres.

18Cependant, le recours à une démarche empirique est actuellement peu fréquent au sein de la narratologie (pour quelques exemples, voir cependant Emmott, 2003 ou Ryan, 2003) – malgré l’appel de Gerald Prince (2006) à développer ce type de méthodes. Les narratologues proposent généralement des théories explicatives, fondées en large partie sur leurs intuitions ou leur propre expérience de lecture, plutôt que des approches descriptives basées sur des mécanismes et des effets cognitifs observés et mesurés (Schaeffer, 2010). On peut toutefois relever l’initiative de Marisa Bortolussi et Peter Dixon (2003) visant à fonder ce qu’ils nomment une « psychonarratologie », soit l’étude empirique des processus de lecture du récit et des réponses du lecteur au texte littéraire. Leurs travaux montrent qu’il est possible de tester, au travers de designs expérimentaux, les effets de différentes techniques narratives sur les perceptions du lecteur – comme, par exemple, les choix de mise en scène du narrateur ou les choix de perspective.

19S’intéressant aux mécanismes psychologiques à l’œuvre dans la lecture en tant que façon d’« expérimenter » un monde créé par le récit, Gerrig (1993) a lui aussi eu recours à l’expérimentation – au-delà de la mise en relation qu’il effectue entre différents modèles et données issus de disciplines telles que la théorie littéraire, la psychologie cognitive ou encore la linguistique pragmatique. Par rapport à la question qui guide cet article, il a ainsi pu montrer que, lorsque l’on lit un récit à suspense, il nous devient plus difficile de rattacher les événements racontés à la réalité – par exemple, quand un lecteur lit l’histoire de Charles Lindbergh, le premier pilote d’avion à avoir traversé l’Atlantique en solo, sous la forme d’un récit intrigant, il n’a plus conscience de ce fait historique. L’expérience de Gerrig tend donc à montrer que, lorsque l’on se trouve transporté dans un univers narratif, on perd momentanément accès aux faits que l’on connaît à propos du monde réel. Qu’en est-il alors de la possibilité, à partir d’un récit journalistique intriguant, de construire une compréhension plus large et profonde du monde qui nous entoure ? Les travaux empiriques de Gerrig étant encore largement exploratoires et la démarche expérimentale s’avérant peu répandue dans sa discipline, la narratologie ne permet pas, actuellement, de répondre à cette question.

L’expérimentation dans le champ de l’information et de la communication

20Bien que la démarche empirique reste peu utilisée dans le champ de la narratologie, il existe néanmoins un certain nombre de recherches qui se sont penchées sur les effets cognitifs des récits dans différents contextes. Si la psychologie cognitive s’est de longue date intéressée à la compréhension du récit – établissant notamment que la rétention d’information est facilitée lorsque les informations sont présentées sous forme narrative, par rapport à d’autres types de textes (voir par exemple Fayol, 1985) –, les expérimentations qui y sont menées portent le plus souvent sur des récits minimaux et artificiels, créés spécifiquement pour la recherche, sans réelle interrogation sur le rapport que ces récits entretiennent avec ceux qui circulent réellement dans nos sociétés et nos vies. Dans le champ de l’information et de la communication, par contre, les textes et récits testés se rapprochent plus nettement de textes réels – même s’ils sont parfois eux aussi mis au point spécifiquement pour l’expérimentation à réaliser. Pourtant, les liens entre travaux narratologiques et recherches empiriques portant sur les aspects cognitifs du récit en information et communication sont bien moins documentés que les liens entre la narratologie et des disciplines comme la psychologie cognitive, la sémiotique cognitive ou encore la psycholinguistique.

21Concernant le problème qui nous occupe dans cet article, une étude comparant la lecture de récits présentés soit comme fictionnels soit comme réels a par exemple montré que suspense et curiosité peuvent être ressentis par le lecteur dans les deux cas (Knobloch et al., 2004). Ainsi, un récit linéaire avec complication au début et résolution à la fin est la structure – parmi les trois testées dans la recherche – qui suscite le plus clairement un sentiment de suspense chez le lecteur, que le récit soit présenté comme réel ou inventé. La structure présentant d’abord l’issue de l’histoire pour remonter progressivement à ce qui a causé cette situation est quant à elle celle qui, dans les deux cas, excite le plus le sentiment de curiosité du lecteur. La troisième structure de récit testée, le modèle de la pyramide inversée, ne permet par contre pas de créer du suspense ou de la curiosité dans le chef du lecteur. Le modèle cognitif de la lecture des récits intrigants présenté par Baroni semble donc pouvoir s’appliquer aussi bien à la fiction qu’aux récits journalistiques.

22Par ailleurs, cette recherche a également montré que les deux variantes de la structure du récit à intrigue sont jugées plus agréables à lire par les lecteurs que la structure de la pyramide inversée – et ce, à nouveau, que le récit soit présenté comme fictionnel ou factuel. Cela semble donc venir conforter l’idée, soutenue par les experts et praticiens du journalisme narratif, selon laquelle la mise en intrigue incite le lecteur à lire un récit journalistique jusqu’au bout. Cependant, cela ne nous apprend toujours rien sur les effets cognitifs que suscite cette lecture.

23D’autres études se sont penchées sur les effets de l’exemplification dans les articles de presse. Si cette problématique n’est pas directement liée à la question qui nous intéresse, son exploration a néanmoins permis d’établir l’importance de l’histoire individuelle qui est racontée, par rapport à l’information transmise autour de cette histoire. Ainsi, Zillmann et ses collègues (1996) ont testé différentes versions d’un article de magazine pour comparer les effets de chaque version en termes de perception par le public du phénomène social décrit. Les versions variaient en fonction du degré de précision de l’information fournie – précise versus imprécise – et du type d’exemples utilisés pour illustrer le phénomène – soit des exemples illustrant uniquement une facette du problème, soit une quantité égale d’exemples et de contre-exemples, soit enfin une proportion d’exemples et de contre-exemples représentative de la situation globale du phénomène décrit dans l’article.

24Les auteurs de l’étude sont arrivés à la conclusion que, ce qui influence d’abord les perceptions des lecteurs, c’est la répartition des exemples utilisés – donc, les histoires individuelles agrégées. L’influence sur les perceptions des lecteurs de l’information fournie, que celle-ci soit précise ou non, est par contre apparue négligeable. Cela confirme, au sein de textes plus complexes, la centralité de l’histoire dans les processus de mémorisation, déjà mise au jour par la psychologie cognitive dans le cas de récits minimaux. Toutefois, cela pose aussi fondamentalement question quant à la capacité des lecteurs à considérer l’histoire particulière qu’on leur raconte dans un contexte plus large, et donc quant à la possibilité d’une compréhension plus large ou plus profonde grâce au récit journalistique.

  • 5 La relation entre médias d’information et opinion publique a, depuis bien longtemps, attiré l’atten (...)

25Dans le champ du journalisme encore, des études récentes se sont intéressées aux effets respectifs du format narratif et du format en pyramide inversée sur les attitudes des lecteurs5. La première (Oliver et al., 2012) a mis en évidence que le format narratif crée chez le lecteur une attitude plus favorable vis-à-vis de groupes socialement stigmatisés. La seconde (Shen et al., 2014) est plus nuancée, pointant un effet clair du format narratif sur le changement d’attitude des lecteurs dans le cas d’un article sur une problématique environnementale, mais ne trouvant pas d’effet similaire pour un article concernant une question économique. Les effets du récit, en tout cas sur l’attitude des lecteurs, seraient donc variables en fonction des thématiques abordées. Toutefois, le fait que le format narratif produise plus largement un changement d’attitude chez les lecteurs ne signifie pas que ce changement soit dû à une meilleure compréhension offerte au lecteur par le récit – en comparaison avec le modèle de la pyramide inversée. Ces études pointent plutôt vers le pouvoir de persuasion du récit, sans envisager les liens possibles entre ce pouvoir et les effets du récit en termes de connaissances – deux éléments fortement liés selon certains praticiens du journalisme narratif, comme on l’a vu précédemment.

26Enfin, si aucune étude ne s’est encore penchée sur les effets cognitifs du récit en journalisme, la recherche en information et communication s’est déjà intéressée à ce type d’effets, notamment dans le cadre des récits à vocation plus éducative. Une recherche en communication dans le domaine de la santé a, par exemple, montré qu’une version fictionnelle et narrative d’un film sur le cancer du col de l’utérus permet au public d’acquérir plus de connaissances concernant cette maladie qu’une version plus « traditionnelle » du même film, non-fictionnelle et non-narrative (Murphy et al., 2013). L’étude pointe en outre le degré auquel le récepteur se sent transporté dans le récit comme l’élément de l’expérience de réception le plus susceptible de produire un gain de connaissances – un rôle central déjà souligné dans une étude sur les effets d’une séquence sur le lymphome dans une série télévisée grand public (Murphy et al., 2011). Or l’un des éléments utilisés pour mesurer le sentiment d’être transporté dans un récit réside dans l’envie ressentie par le lecteur de connaître la suite de l’histoire (Green & Brock, 2002). On voit donc ici réapparaître le lien possible entre récit intrigant et création d’une configuration large et complexe dans l’esprit du lecteur.

27Dans le domaine de la communication de vulgarisation, Baptiste Campion (2012) s’est quant à lui intéressé au rôle du récit – par rapport à un texte non narratif – sur la compréhension par les enfants d’un domaine de connaissance scientifique – en l’occurrence, la formation d’une carie dentaire. Il observe que les enfants qui ont lu le texte narratif apportent des réponses plus riches aux questions de représentation et de définition. Il en conclut que le récit définit bien un type de compréhension particulier, même s’il ne peut affirmer que cette compréhension est véritablement plus complète ou mieux ancrée.

28En outre, Campion souligne l’existence de deux hypothèses auxquelles il ne s’est pas intéressé, mais qui méritent un examen plus poussé. D’une part, il est possible que les différences qu’il observe en termes de compréhension du domaine de connaissance ne soient elles-mêmes qu’un effet d’une différence de motivation entre les enfants confrontés à un récit et les enfants confrontés à un texte non narratif. Cela renvoie à l’idée défendue par les praticiens du journalisme narratif, selon laquelle la fonction intrigante permet de capter l’attention du lecteur jusqu’à la fin du récit. D’autre part, il est possible que le récit ait un effet « distracteur » par rapport aux connaissances que l’on cherche à communiquer, soit parce qu’il fonctionne selon un principe de séquentialité qui s’opposerait à une compréhension globale, soit parce qu’il fournirait trop de détails périphériques détournant l’attention des éléments de connaissance. Dans cette hypothèse, la fonction intrigante entre en tension avec la volonté configurante du récit. Cependant, on l’a dit, ces deux hypothèses n’ont pas été étudiées en elles-mêmes dans la recherche et on manque donc à nouveau de données empiriques pour les confirmer ou les invalider.

Prolonger le dialogue

29En conclusion, pour apporter plus que des débuts de réponse – parfois mêmes contradictoires – à la question qui nous occupe, concernant les effets cognitifs des récits intrigants à visée configurante comme ceux que proposent le journalisme narratif, il semble donc qu’il faudrait mettre au point une étude empirique spécifiquement orientée par cette question. La narratologie cognitive, en son état actuel, propose en effet essentiellement des théories descriptives qui ne peuvent donc fournir que des hypothèses quant aux effets cognitifs réels d’un type particulier de récit – les premières études narratologiques empiriques ne permettant pas encore de confirmer les modèles théoriques. Les recherches expérimentales existantes sur les rapports entre récit et cognition dans le champ de l’information et de la communication sont quant à elles trop ciblées sur des problématiques particulières – plus ou moins éloignées de la nôtre – pour répondre de manière satisfaisante à notre question.

30Notre bref passage en revue de ces recherches – forcément partiel au vu de l’étendue des domaines et des problématiques abordés – a toutefois pour mérite de montrer ce que la démarche expérimentale peut apporter aux théories du récit. Bien sûr, cette démarche a ses limites intrinsèques : cherchant à vérifier des relations entre certaines variables prédéfinies, elle crée des situations – ici, de lecture –, voire des stimuli – ici, des récits –, plus ou moins artificiels et éloignés des pratiques réelles, ce qui pose fondamentalement la question de significativité des résultats. Il y a donc un équilibre délicat à trouver entre critères de validité externe et interne de la méthode (Campion, 2010). Il faut accepter qu’une recherche expérimentale ne s’attaque généralement qu’à l’un ou l’autre aspect d’un problème complexe et que les réponses que l’on cherche se construisent peu à peu, au fil d’expérimentations successives.

31Parce qu’il est constitué d’une myriade de problématiques parfois très ciblées, de contextes d’utilisation du récit mieux définis et plus restreints, le champ de l’information et de la communication se prête assez bien à l’étude empirique du récit au travers de l’expérimentation – mieux, sans doute, que la narratologie, dans sa quête de processus et d’effets cognitifs généraux propres à la forme narrative. La recherche empirique a peut-être plus d’impetus en information et communication qu’en narratologie à cause des enjeux concrets dans lesquels s’inscrivent les objets informationnels et communicationnels – pour en revenir au journalisme narratif, on a souligné qu’il est ainsi au cœur d’enjeux à la fois démocratiques, professionnels et économiques. Enfin, les résistances « culturelles » (Campion, 2010) sont peut-être moins marquées en information et communication, champ souvent englobé dans les sciences sociales, qu’en narratologie, souvent plus proche des études littéraires. Quoiqu’il en soit, la narratologie nous paraît pouvoir se nourrir non seulement des résultats, mais aussi des démarches développées dans les recherches empiriques en information et communication.

32Cependant, le champ de l’information et de la communication gagnerait lui aussi, nous semble-t-il, à prolonger le dialogue avec la narratologie. En effet, la contre-partie de la multiplicité des problématiques et des contextes, ce sont des résultats morcelés, fragmentaires, et souvent difficiles à comparer. Chaque recherche partant de sa propre définition du récit, peut-on vraiment considérer que tous les résultats se rapportent au même objet ? Si ces recherches faisaient toutes un détour – pas forcément le même d’ailleurs – par la narratologie, il deviendrait possible de commencer à en comparer certaines entre elles. En retour, leurs résultats seraient d’autant plus riches pour la narratologie qu’ils s’articuleraient plus directement à ses concepts qui, à leur tour encore, deviendraient plus intéressants à intégrer dans le champ de l’information et la communication – puisque plus largement validés.

Haut de page

Bibliographie

Adam, Jean-Michel, et Françoise Revaz. L’analyse des récits. Paris : Seuil, 1996.

Arquembourg, Jocelyne, et Frédéric Lambert, éds. Réseaux, n°132  : Les récits médiatiques, 2005.

Baroni, Raphaël. « Approches passionnelles et dialogiques de la narrativité ». Cahiers de narratologie, n°14 (2008). http://narratologie.revues.org/579.

—. « Ce que l’intrigue ajoute au temps : Une relecture critique de Temps et récit de Paul Ricœur ». Poétique, n°163 (2010) : 361-382.

—. La tension narrative  : Suspense, curiosité et surprise. Paris : Seuil, 2007.

—. « Le chronotope littéraire de l’étranger ». Semiotica, Journal of the International Association for Semiotic Studies, n°192 (2012) : 161-174.

—. L’œuvre du temps  : Poétique de la discordance narrative. Paris : Seuil, 2009.

Bortolussi, Marisa, et Peter Dixon. Psychonarratology : Foundations for the Empirical Study of Literary Response. Cambridge - New York : Cambridge UP, 2003.

Campion, Baptiste. Discours narratif, récit non linéaire et communication des connaissances. Etude de l’utilisation du récit dans les hypermédias de vulgarisation : Approche narratologique et sémio-cognitive. Louvain-la-Neuve : Presses Universitaires de Louvain, 2012.

—. « Étudier la compréhension narrative. Difficultés d’opérationnalisation et usage de l’expérimentation en narratologie cognitive ». In Actes des journées d’étude « Narratology and the New Social Dimension of Narrative ». Paris, 2010. http://narratologie.ehess.fr/index.php?659.

Emmott, Catherine. Narrative Comprehension : A Discourse Perspective. Oxford : Oxford UP, 1997.

Fayol, Michel. Le récit et sa construction  : Une approche de psychologie cognitive. Neuchâtel - Paris : Delachaux et Niestlé, 1985.

Genette, Gérard. Fiction et diction. Paris : Seuil, 1991.

Gerrig, Richard. Experiencing narrative worlds : On the psychological activities of reading. New Haven : Yale UP, 1993.

Green, Melanie, et Timothy Brock. « The Role of Transportation in the Persuasiveness of Public Narratives ». Journal of Personality and Social Psychology 79, n°5 (2000) : 701-721.

Herman, David. Storytelling and the Sciences of Mind. Cambridge : MIT Press, 2013.

Knobloch, Silvia, Grit Patzig, Anna-Maria Mende, et Matthias Hastall. « Affective News : Effects of Discourse Structure in Narratives on Suspense, Curiosity, and Enjoyment While Reading News and Novels ». Communication Research 31, n°3 (2004) : 259-287.

Lits, Marc. Du récit au récit médiatique. Bruxelles : De Boeck, 2008.

—. éd. Recherches en communication, n°7  : Le récit médiatique, 1997.

—. « Quel futur pour le récit médiatique ? ». Questions de communication, n°21 (2012) : 37-48.

McCombs, Maxwell, et Amy Reynolds. « News influence on our picture of the world ». In Media Effects : Advances in Theory and Research, édité par Jennings Bryant et Dolf Zillmann (2e édition). New York : Taylor & Francis, 2002.

McCombs, Maxwell, et Donald Shaw. « The Agenda-Setting Function of Mass Media ». The Public Opinion Quarterly 36, n°2 (1972) : 176-187.

Murphy, Sheila, Lauren Frank, Joyee Chatterjee, et Lourdes Baezconde-Garbanati. « Narrative versus Nonnarrative : The Role of Identification, Transportation, and Emotion in Reducing Health Disparities ». Journal of Communication 63, n°1 (2013) : 116-137.

Murphy, Sheila, Lauren Frank, Meghan Moran, et Paula Patnoe-Woodley. « Involved, Transported, or Emotional ? Exploring the Determinants of Change in Knowledge, Attitudes, and Behavior in Entertainment-Education ». Journal of Communication 61, n°3 (2011) : 407-431.

Oliver, Mary Beth, James Price Dillard, Keunmin Bae, et Daniel Tamul. « The Effect of Narrative News Format on Empathy for Stigmatized Groups ». Journalism and Mass Communication Quarterly 89, n°2 (2012) : 205-224.

Prince, Gerald. « Narratologie classique et narratologie post-classique », 2006. http://www.vox-poetica.org/t/articles/prince.html.

Ricœur, Paul. Temps et récit, tome 1. Paris : Seuil, 1983.

Ryan, Marie-Laure. « Cognitive Maps and the Construction of Narrative Space ». In Narrative Theory and the Cognitive Sciences, édité par David Herman, 214-42. Stanford : CSLI, 2003.

Schaeffer, Jean-Marie. « Le traitement cognitif de la narration ». In Narratologies contemporaines : Approches nouvelles pour la théorie et l’analyse du récit, édité par John Pier et Francis Berthelot, 215-231. Paris : Editions des archives contemporaines, 2010.

Scheufele, Dietram. « Framing as a Theory of Media Effects ». Journal of Communication 49, n°4 (1999) : 103-122.

Shen, Fuyuan, Lee Ahern, et Michelle Baker. « Stories That Count : Influence of News Narratives on Issue Attitudes ». Journalism & Mass Communication Quarterly 91, n°1 (2014) : 98-117.

Sternberg, Meir. Expositional modes and temporal ordering in fiction. Baltimore : Johns Hopkins UP, 1978.

Todorov, Tzvetan. Poétique de la prose. Paris : Seuil, 1971.

Vanoost, Marie. « Defining narrative journalism through the notion of plot ». Diegesis 2, n°2 (2013) : 77-97.

Vanoost, Marie. Le journalisme narratif aux Etats-Unis et en Europe francophone : Modélisation et enjeux éthiques, thèse de doctorat en Information et Communication, Université catholique de Louvain, Louvain-la-Neuve, 2014.

Zillmann, Dolf, Rhonda Gibson, Shyam Sundar, et Joseph Perkins. « Effects of Exemplification in News Reports on the Perception of Social Issues ». Journalism & Mass Communication Quarterly 73, n°2 (1996) : 427-444.

Haut de page

Notes

1 La notion d’intrigue peut recouvrir des sens très différents. On n’évoquera ici que les conceptions qu’en développent Raphaël Baroni (2007, 2009) et Paul Ricœur (1983).

2 On ne s’intéresse pas ici aux genres qui relèvent de l’opinion ou de l’analyse, qui peuvent s’organiser selon d’autres modèles.

3 « I just tried to, through getting people to care about the characters and to want to read to the end of the story, to find out what happened to this particular young man, I tried to draw people into the issues into the story. […] I think if you do it well the message is more powerful when it is done that way, people come to it on their own, they are moved by the particular character and the situation, and they engage their emotions rather than just their intelligence. You’re appealing that their emotions rather than just simply informing them and I think that you absorb something more viscerally when your emotions are involved than when you’re just told. » (notre traduction).

4 R. Baroni retravaille ainsi une distinction introduite par Todorov (1972) et reprise par Sternberg (1978).

5 La relation entre médias d’information et opinion publique a, depuis bien longtemps, attiré l’attention des chercheurs – donnant lieu notamment aux théories de l’agenda setting (voir notamment McCombs et Shaw, 1972 ; McCombs et Reynolds, 2002) et du framing (voir par exemple Scheufele, 1999) –, contrairement à la relation entre médias d’information et cognition, qui apparaît très peu étudiée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Vanoost, « De la narratologie cognitive à l’expérimentation en information et communication : comment cerner les effets cognitifs du journalisme narratif ? », Cahiers de Narratologie [En ligne], 28 | 2015, mis en ligne le 29 octobre 2015, consulté le 27 avril 2017. URL : http://narratologie.revues.org/7239

Haut de page

Auteur

Marie Vanoost

Université catholique de Louvain. Observatoire de Recherche sur les Médias et le journalisme

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page