Navigation – Plan du site

Appel à contribution pour le 1er janvier 2015

Numéro 28

Appel à contribution

LE RÉCIT COMME ACTE COGNITIF

Cahiers de Narratologie

Le dernier demi siècle a été témoin du plein essor d'un triple dialogue interdisciplinaire : celui de la linguistique, de la psychologie et des neurosciences. Certains auteurs sont allés jusqu'à parler d'une véritable “révolution cognitive” dans les sciences du langage, qui ferait du récit l'un de ses objets d'étude privilégiés. C'est par l'application de résonances magnétiques à la production et à la réception narrative, qui permettraient de retracer notre activité cérébrale lors de cette pratique quotidienne, trans-culturelle et millénaire, que ladite révolution aurait atteint de nos jours le sommet empirique de son interdisciplinarité. Les études littéraires ont parlé de narratologie cognitive (Jahn 1997). La sémiotique a emprunté la même voie au cours de cette même période (Daddesio 1995) et elle occupe depuis 2007 une place à part entière dans la presse académique spécialisée (Cognitive Semiotics : http://www.cognitivesemiotics.com/​). La portée de ces approches dépasse, pourtant, le domaine des lettres, s'adressant à tous les langages (parole, image, musique) et aux différentes disciplines qui les étudient. Cela rend leur dialogue extrêmement complexe, parfois hétéroclite et toujours exposé au risque de l'incommensurabilité méthodologique et épistémologique. On ne saurait pourtant contourner un échange scientifique aussi riche et ambitieux, dont la vigueur s'explique par la liaison née entre des disciplines jusqu'à présent très éloignées les unes des autres, voire absolument sans lien. La complémentarité effective de celles-ci reste aussi incertaine que féconde en hypothèses de longue portée. On peut considérer, à cet égard, les approches cognitives comme l'une des questions fondamentales posées à la vieille notion du récit par le vocabulaire scientifique de notre temps.

C'est sur cette question en tant que telle que nous voulons nous focaliser dans cet appel à contribution. Dans le sillage du célèbre texte (1994) de Herbert Simon, nous nous proposons de contribuer au dialogue entre les sciences humaines et sociales d'une part, et les sciences du cerveau de l'autre, et ce à travers la notion de récit. Les chercheurs de toutes les disciplines (psychologie, littérature, neurosciences, cinéma, linguistique, musicologie, philosophie, etc.) sont encouragés à envoyer leurs propositions. Nous structurerons ce vaste dialogue interdisciplinaire, bien que de manière non exclusive, autour des trois axes suivants :

1. Débats méthodologiques : les articles aborderont sur un plan théorique les rapports possibles entre les différentes disciplines se penchant sur le récit d'un point de vue cognitif. Ils pourront porter autant sur le développement des rapports susmentionnés que sur leur mise à jour ou leur remise en question, le but étant d'approfondir le débat sur les conditions qui font des approches cognitives sur le récit un vrai creuset interdisciplinaire.

2. Historiographies critiques : les articles se focaliseront sur les origines, l'évolution et les ramifications des approches cognitives sur le récit. Souvent ramenées à une perspective verbale et à une progression linéaire, ces approches s'avèrent plutôt inter-linguistiques et chronologiquement dispersées, allant des travaux précurseurs en psychologie (Bartlett 1932), contemporains du premier structuralisme, aux perspectives musicologiques actuelles sur la notion de suspense (Grabócz 2012), en passant par les apports de l'intelligence artificielle à l'étude de la deixis narrative (Rapaport & Shapiro 1995), le développement du constructivisme littéraire (Sternberg 1978) par les études filmiques (Bordwell 1985), etc. Il s'agira de revenir sur ce type de références pour repenser de façon critique l'histoire officielle des approches cognitives sur le récit.

3. Analyses textuelles : les articles soulèveront des problématiques cognitives précises à propos de récits verbaux, iconiques ou musicaux, que ce soit en associant ou en isolant les trois langages : roman, opéra, bande-dessinée, film, conversation, peinture, etc. Par “problématiques cognitives” on entendra des phénomènes tels que l'immersion situationnelle (espace-temps), l'empathie/sympathie envers un autre fictif ou réel, la modulation émotionnelle des rapports logiques, les prises de position éthique, etc. On inclura aussi sous cette rubrique les travaux cognitifs sur le récit dans un cadre expérimental, par exemple les tests d'activité neurologique lors de la production et/ou la réception narrative ; les études des lésions cérébrales touchant la capacité humaine à “penser narrativement”; etc.

Ces trois axes ont pour but de structurer le débat dans ses lignes générales. Ils n'excluent pas d'autres approches et thématiques, ni bien entendu la possibilité qu'un même texte aborde plusieurs axes de manière coordonnée. Les propositions d'article, qui ne dépasseront pas les 6000 mots, sont à envoyer avant le 1er janvier 2015 aux deux adresses suivantes : Serge.Milan@unice.fr et Gabriel.Sevilla@unige.ch. La totalité des consignes rédactionnelles de la revue est à consulter sur http://narratologie.revues.org/​653

OUVRAGES CITÉS

Bartlett, F. C. (1932), Remembering : A Study in Experimental and Social Psychology, Cambridge University Press.

Bordwell, David (1985), Narration in the Fiction Film, Madison, Wisconsin UP.

Daddesio, T. (1995), On Minds and Symbols : The Relevance of Cognitive Science for Semiotics, Berlin, De Gruyter Mouton.

Grabócz, Márta, “Métamorphoses de l’intrigue musicale (XIXe-XXe siècles)”, Cahiers de Narratologie [En ligne], 21 | 2011, mis en ligne le 03 janvier 2012, URL : http://narratologie.revues.org/​6503

Jahn, Manfred (1997), “Frames, Preferences, and the Reading of Third-Person Narratives : Toward a Cognitive Narratology”, in Poetics Today 18, 441-68.

Rapaport, William J. & Shapiro, Stuart C., “An Introduction to a Computational Reader of Narratives”, in Duchan, Judith F. et al. (1995), Deixis in Narrative : A Cognitive Science Perspective, Hillsdale, Lawrence Erlbaum.

Simon, Herbert (1994), “Literary Criticism: A Cognitive Approach”, in Franchi, Stefano & Güzeldere, Güven, Bridging the Gap : Where Cognitive Science Meets Literary Criticism, Standford Humanities Review, Vol. 4, Issue 1.

Sternberg, Meir (1978), Expositional Modes and Temporal Ordering in Fiction, Baltimore, Johns Hopkins UP.